Nouvel Animateur
  Souhaitons-nous du courage car Alex Acier est en période d'essai pour
devenir Animateur. Il va prendre plaisir à nous embêter !

Bienvenue dans le Show !
De nombreux prédéfinis sont disponibles.
N'hésitez pas à nous poser des questions ou à nous sponsoriser !
le saviez-vous ?
Impression du N°9 du Daily Show
dans toutes les boîtes MP.
Votez pour Survivre
Lorsque vous votez, vous pouvez gagner des points de survie.
Signalez vos votes dans ce sujet.

le saviez-vous ?
Lorsque votre Barre de Survie tombe à 0, vous devez réaliser une
Quête de Résurrection et vous obtiendrez un Effet Négatif pour votre pouvoir.
le saviez-vous ?
Quand vous commandez le bonus "Monster" dans la Boutique et que vous
réussissez à battre la créature, vous gagnez une Potion de Survie !

Nouveau Modérateur
Lelio Well est actuellement en période d'essai pour devenir
le deuxième modérateur du forum. Bonne Chance Lelio !

Partagez | 
 

 We are Survivors. We can't die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Katelyne Lefebvre
Don't touch me

Messages : 165
Type : Physique
Karma : Neutre

MessageSujet: We are Survivors. We can't die.   Jeu 5 Juin - 12:13

À l'aube d'une ère nouvelle, les continents du peuple de la Terre furent dévastés par la bêtise et l'ignorance de l'espèce humaine. Avides de pouvoir. Avides de richesse. Ils combattirent les uns contre les autres déclenchant une troisième guerre. Bombes après bombes, les pays furent ravagés, les familles déchirées, les amis trahissant les leurs. Alors, un virus fut créé et une nouvelle espèce vit le jour.
Utilisant les corps des défunts comme des marionnettes, les morts se relevèrent et partaient en quête de chair et de sang. L'espèce humaine fut anéantie, quasiment éradiquée. Seuls quelques poignées de survivants combattaient encore pour leur vie.


Katelyne était membre d'un petit groupe de survivants, forcés à devenir des nomades, ses camarades campaient chaque jour dans un endroit différent de la veille. Fini, la jeune anglaise aux traits enfantins qui s'amusait à rêver et jouer. Elle se tenait maintenant debout, un katana volé dans une boutique à la main, telle une guerrière médiévale, surveillant les environs pendant que les enfants continuaient à jouer.


Revenir en haut Aller en bas
http://eloute.folio-graphiques.fr/
avatar

Alex Acier
Triple champion
de France de Karaté

Messages : 51
Type : Technique
Karma : Bon

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Jeu 5 Juin - 22:30

La grande guerre, le grand embrasement, l'apocalypse, le jugement dernier et bien d'autres; la troisième guerre mondiale était nommée de bien des façons mais le résultat avait été le même : la quasi extinction de l'espèce humaine. Et de toutes les autres aussi par la même occasion.

Malheureusement, dans leur grande majorité, les morts n'étaient pas restés morts : ils s'étaient relevés et avaient commencé à pourchasser les vivants... avec beaucoup de succès! La faute au virus; une saloperie destinée à mettre fin à la guerre. Mais il avait échappé à tout contrôle, et c'est à partir de ce moment que tout avait dégénéré.

depuis, le nombre de zombies - n'ayons pas peur des mots - n'avait pas cessé d'augmenter, et le nombre de vivants de diminuer. À moins d'un miracle, nul doute que la fin du monde était proche. Mais en attendant, les survivants se battraient farouchement pour survivre; jusqu'à la fin, quelle qu'elle puisse être.

Au milieu de ce chaos, Alex, ancien champion de karaté, s'était débrouillé pour tirer son épingle du jeu. Il avait réussi à survivre en se cachant ou en passant de refuge en refuge. Il avait régulièrement à faire aux morts-vivants mais arrivait toujours à s'en tirer; notamment grâce à son entrainement de sportif de haut niveau, qui lui permettait de faire face à la menace.

Il avait pu se procurer un 9mm dans un poste de police abandonné mais cela faisait longtemps qu'il n'arrivait plus à trouver du munitions. Depuis, il s'était procuré un katana qu'il gardait dans son dos. Ses quelques leçon de kendo son entrainement de sportif et les combats contre les zombies lui avaient appris à le manier comme un pro.

Ce jour là, il venait d'arriver dans une nouvelle ville, quand il vit deux enfants s'amuser dehors, accompagnés d'une femme qui devait être leur mère. Chose peu courante étant donné les risques encourus; généralement, quand il ne se déplaçaient pas, on les cantonnaient en intérieur. Cela l'intriguait et il avait envie de parler à quelqu'un; il décida donc d'aller parler à cette femme.

-Salut! Vous savez ce n'est pas prudent de laisser des enfants en extérieur, vous devriez plutôt les mettre à l'abri non? Sinon, vous savez s'il y a un refuge dans le coin? Ça fait un moment que je marche et j'aimerais bien me poser un peu.


Me battre pour vivre et vivre pour moi,
Tant pis pour ceux qui se dressent contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Katelyne Lefebvre
Don't touch me

Messages : 165
Type : Physique
Karma : Neutre

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Ven 6 Juin - 12:09

D'un sifflement perçant comme le chant d'un oiseau, les gamins cessèrent leur activité et partirent se cacher derrière les jambes de Katelyne. L'inconnu leur faisant face, la jeune guerrière lui décocha un regard mauvais tandis que des gamins, seule la crainte et la curiosité animaient encore leurs yeux. Katelyne n'était pas dupe. Depuis lors, elle avait appris à se méfier des étrangers, de ces solitaires qui n'étaient pas si seuls la plupart du temps. Bien que l'espèce humaine se faisait moins nombreuse, le coeur des hommes n'avait pas tant changé. Au lieu d'entraide et camaraderie, beaucoup se contentait de piller, violer et tuer si nécessaire pour survivre. Infâmes. Égoïstes. Traitres. Tels étaient les mots qu'elle leur donnait.
L'homme approcha encore. Elle distingua le sabre japonais qu'il avait dans son dos, la même arme qu'elle. Elle s'en méfia davantage et dégaina doucement son propre katana. Qu'il l'a provoque, qu'il ne fasse qu'un seul geste envers les gamins et il irait tout droit pourrir parmi les cadavres ambulants. Les mois, les années de massacres et de survie avait fait d'elle, l'ancienne geek, une maîtresse de larme blanche. Silencieuses, mortelles, rapides. Elle préférait les lames aux fusils dont les munitions commençaient à manquer et le bruit des détonations attiraient plus de macchabées qu'ils en tuaient. « Salut! Vous savez ce n'est pas prudent de laisser des enfants en extérieur, vous devriez plutôt les mettre à l'abri non? Sinon, vous savez s'il y a un refuge dans le coin? Ça fait un moment que je marche et j'aimerais bien me poser un peu. » déclara l'étranger. Katelyne, le jaugea de haut en bas. Il avait l'air paumé, mais le ton qu'il employait le rendait suspect aux yeux de la jeune femme. « Tant qu'ils sont avec moi, ils ne risquent rien ! » trancha-t-elle de sa voix et dans un ton sec. « Tu cherches refuge, l'étranger ? Tu es en plein dedans. On nettoie la ville pour ce soir. » Elle fit un geste de la tête, pointant un petit bâtiment d'où on voyait des ombres derrière les carreaux crasseux. Dans un autre, un cadavre, visiblement et définitivement mort, fut projeté par la fenêtre et sa tête fut transpercée par une lance. Tout une bande de jeunes remplissait ainsi leur brouette de corps en s'assurant que les morts resteraient morts. Le ménage était discret et efficace, dans un rien de temps la petite ville allait être assainie et ils pourraient dormir quelques heures en sécurité.


Revenir en haut Aller en bas
http://eloute.folio-graphiques.fr/
avatar

Alex Acier
Triple champion
de France de Karaté

Messages : 51
Type : Technique
Karma : Bon

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Sam 7 Juin - 21:18

Salut! Vous savez ce n'est pas prudent de laisser des enfants en extérieur, vous devriez plutôt les mettre à l'abri non? Sinon, vous savez s'il y a un refuge dans le coin? Ça fait un moment que je marche et j'aimerais bien me poser un peu.

En prononçant ces mots, Alex constata qu'en le voyant approcher, les enfants s'étaient réfugiés derrière la femme et que cette dernière sortait son propre sabre. Cela n'effraya nullement Alex et ne le découragea pas plus; de nos jours une telle méfiante était à la fois courante et compréhensible. Nombreuses étaient les bandes qui, comme lui, se présentaient comme un voyageur solitaire et en profitaient pour tout piller! Sa voix sèche, elle aussi, trahissait sa méfiance.

- Tant qu'ils sont avec moi, ils ne risquent rien ! Tu cherches refuge, l'étranger ? Tu es en plein dedans. On nettoie la ville pour ce soir.

Bon. C'était au moins une bonne nouvelle. Mais le plus dur restait à faire; tout ce qu'il voulait c'était se reposer mais restait à les en convaincre. C'était toujours le plus compliqué, mais il ne s'inquiétait pas : il avait toujours réussi à montrer patte blanche, il n'y avait pas de raison que ça ne soit pas le cas cette fois également.

- je peux vous aider si vous voulez? Je sais très bien me servir de ça! Dit-il en pointant son sabre. Sauf si vous préférez que je vous remette mes armes en guise de bonne foi?

Il avait parfois été obligé de le faire et préférait généralement prendre les devants; ça ne le dérangeait pas plus que ça dans la mesure ou les refuges étaient pleins de combattants en mesure de se battre. Et puis il lui restait toujours le karaté... Il n'eut pas le temps de réfléchir plus : un zombie arrivait derrière lui. Il se retourna pour lui faire face.

- Zut... Il a du me suivre, je pensait pourtant les avoir tous eu...

Il s'approcha du mort-vivant tout en dégainant son sabre. Dès qu'il fut à portée, le zombie se jeta sur lui, mais le karatéka esquiva en se déportant sur le coté et le décapita dans le même mouvement. Pour faire bonne mesure, il paracheva son action d'un mouvement vertical qui coupa la tête en deux avant qu'elle ne touche terre. Il rangea son sabre et se tourna à nouveau vers la femme, attendant sa décision.

- Alors?


Me battre pour vivre et vivre pour moi,
Tant pis pour ceux qui se dressent contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Katelyne Lefebvre
Don't touch me

Messages : 165
Type : Physique
Karma : Neutre

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Jeu 12 Juin - 22:17

Le crétin. Stupide, totalement idiot.
Katelyne dégaina automatiquement son katana, le tint d'une poigne de fer et se positionna telle une Lionne devant les deux gamins qui venaient de se cramponner à ses vêtements. La jeune femme attendit, calme. L'horrible créature fut cependant décapitée avant même qu'elle ne puisse tenter quoique ce soit. L'Étranger était habile, rapide, mais un peu trop sûr de lui.
Lorsqu'il se releva, attendant une réponse de la part de l'anglaise, il n'avait pas vu sur le côté un autre cadavre qui avançait lentement vers lui. Vers son angle mort. Sans un mot, Katelyne rangea son arme dans son fourreau et pris un petit couteau de lancé qu'elle lança avec force et vitesse en direction de l'Étranger. Le projectile atteignit sa cible en pleine tête, pile entre les deux yeux et le macchabée tomba à terre dans un bruit sourd.
« Nous aider ? Alors que tu nous ramènes ces merdes, comme s'il n'y en avait pas assez ? » Elle se tourna sur les deux enfants et leur susurra des mots incompréhensibles. Ils partirent sur-le-champs en direction d'un des immeubles, le seul qui était entièrement "dézombifié". Elle reporta ensuite son attention sur l'inconnu. « D'où tu viens ? Où sont tes camarades, car je suppose que tu n'étais pas tout le temps seul. »


Revenir en haut Aller en bas
http://eloute.folio-graphiques.fr/
avatar

Alex Acier
Triple champion
de France de Karaté

Messages : 51
Type : Technique
Karma : Bon

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Mer 18 Juin - 16:41

Tandis qu'Alex attendait la réponse de son interlocutrice, cette dernière sortit un couteau. Il se prépara à esquiver mais n'en eu pas besoin; la cible n'était pas lui mais un mort-vivant dans son angle mort. Elle n'attendit pas les remerciements de l'ancien champion, manifestement en colère contre lui.

- Ouf! Mer...

- Nous aider ? Alors que tu nous ramènes ces merdes, comme s'il n'y en avait pas assez ? Elle se pencha pour dire aux enfants quelque chose qu'Alex n'entendit pas et ils coururent en direction d'un immeuble. - D'où tu viens ? Où sont tes camarades, car je suppose que tu n'étais pas tout le temps seul ?

Alex serra les poings et son visage se fit plus dur. Sans le savoir, La femme venait de toucher un point sensible à deux reprises. Pour commencer il n'appréciait pas qu'elle le prenne de haut, comme si elle même était incapable de ce genre d'erreur. Il avait plus souvent qu'à son tour manquer de se faire dévorer par ces monstres à cause de prétentieux qui se croyaient supérieurs.

Et puis il y avait ses "camarades"; ou plutôt "sa" camarade. Sa soeur Marion morte un mois plus tôt et qu'il n'avait pas pu protéger. Il avait beau se dire que ce n'était pas sa faute, qu'il avait fait le bon choix, restait malgré tout une pointe de culpabilité. Et son interlocutrice venait de frapper sans ménagement à ces deux endroits.

Il s’efforçât de garder son calme, mais son ton était beaucoup plus sec qu'un moment plus tôt

- De quel droit vous permettez vous de me parler sur ce ton!!!?

Il était relativement loin, et tout en parlant il se rapprocha de la femme, d'un pas calme mais décidé et son expression de dureté n'avait pas quitté son visage.

- Vous vous croyez parfaite?

Deux pas.

- Vous vous croyez incapable de ce genre d'erreur peut-être?

Quatre pas de plus.

- Ou bien vous croyez être la seule à avoir souffert de l'apparition de ces monstres?

Encore quatre pas.

Il était maintenant juste devant elle, à moins d'un mètre et la regardait droit dans les yeux, le visage toujours aussi dur et la voix toujours aussi sèche.

- Dans les deux cas vous vous trompez! Et je n'aime pas DU TOUT le ton que vous prenez! Vous n'avez aucun droit de me prendre de haut de cette façon! Nous ne nous connaissons même pas, vous ne savez pas qui je suis ni ce que j'ai vécu, pas plus que je ne le prétend pour vous! Laissez-moi vous dire que les prétentieux dans votre genre que j'ai pu rencontrer ont tous finis en chair à zombie; trop sur d'eux!

Il se calma finalement et recula de deux pas. Sa voix, elle, était redevenue calme. Il desserra les poings et se décrispa.

- Pour répondre à votre question, je voyageait avec ma soeur. Il y a un mois. Nous nous étions réfugié avec d'autres survivants dans un immeuble abandonné. Mois et d'autres avions nettoyé toute la zone et barricadé les deux entrées avec plusieurs barres de métal et des armoires.

Mais au milieu de la nuit une véritable ARMÉE de zombies nous a attaqués. Il étaient tellement nombreux que je n'ai pas pu les compter. Ils sont parvenu à briser les barricades et sont entrés j'ai essayé de rester les combattre pour que tout le monde puisse s'enfuir; pendant ce temps ma soeur se faisait tuer par un de ces monstres pour protéger un gamin de l'âge des vôtres. Je ne l'ai su que plus tard, par le gamin en question.

J'ai été submergé et j'ai du fuir. Cette nuit là, plus de la moitié des personnes présentes ne s'en sont pas sorties; parmi eux ma soeur et les deux parents du gamin. Depuis je voyage seul et maintenant vous savez pourquoi. Je vais partir, je ne crois pas que nous arriverons à nous entendre. Cela fait un mois que je me débrouille seul, j'y arriverais bien cette nuit encore.


Il avait les yeux humides; le récit de cette nuit avait fait remonter des émotions qu'il aurait préféré oublier. Il s'efforçât toutefois de ne pas pleurer et la dépassa, avec l'intention de reprendre sa route vers le centre de la ville, espérant y trouver un abri sûr. Mais il avais à peine fait deux pas qu'il se retourna pour ajouter une dernière chose.

- Quand je vous ai vu avec ces deux gosses, j'ai pensé qu'il y avait une chance que vous soyez comme ma soeur : prudente mais généreuse et prête à aider ceux qui en ont besoin. Je constate que je n'aurais pas pu plus me tromper. Je plaint vos gosses!

Il espérait toujours qu'elle - ou quelqu'un d'autre - le retiendrait, accepterait qu'il passe la nuit avec eux, mais après ce qu'il venait de dire, il y avait peu de chances. Il soupira : c'était bien la première fois que ça lui arrivait.


Me battre pour vivre et vivre pour moi,
Tant pis pour ceux qui se dressent contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Katelyne Lefebvre
Don't touch me

Messages : 165
Type : Physique
Karma : Neutre

MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   Jeu 19 Juin - 0:42

[HRP : si tu veux faire interagir des PNJ, genre des personnes du groupe de Kate, tu peux sans problème. ^^]


Katelyne se savait froide avec les inconnus. Elle se connaissait tant et si bien, que peu de personnes pourraient en dire autant sur eux-mêmes. Elle se savait Ô combien était imparfaite justement : trop gueularde, vulgaire et surtout elle n'a jamais eue la langue dans sa poche.
À cet instant, elle ne savait pas trop si elle avait souhaité donner l'illusion d'être mauvaise ou craintive. Et finalement elle s'en fichait pas mal de comment l'Étranger allait prendre et comprendre ses paroles. Se fut donc sans étonnement qu'elle constata sa colère. Non pas dans le ton, qui restait faussement calme, mais dans la dureté de ses mots et tout en crachant son venin, il marchait en sa direction. Une attitude purement dominante. Une réaction agressive non cachée. Mais l'Étranger avait beau faire ce qu'il voulait, gueuler, gesticuler, s'énerver, cela n'aurait en rien intimidé la jeune femme. Elle en a connu des comme lui, qui se sentaient forts parce qu'elle était qu'une femme. Avant l'apocalypse et bien après. Sans ciller, elle le laissa déverser toute sa colère sur le bitume, à ses pieds. Si cela lui faisait du bien tant mieux, se disait-elle. Elle le regarda droit dans les yeux, sans même répliquer. À quoi bon parler dans ces moments-là, il s'agissait d'un langage de sourd. Cela reviendrait à celui qui gueulerait le plus fort pour se faire comprendre de l'autre et Katelyne n'avait pas envie d'attirer plus de créatures. La nuit venait.
Finalement, l'Étranger se calma un peu, les traits de son visage s'adoucissaient, il en devenait presque livide. Il lui raconta une partie de son histoire. Katelyne avait réussi à déverrouiller un des cadenas de son coeur. La colère... la meilleure façon de soutirer rapidement des informations. La jeune femme s'était imagée le renfermement des survivants sous un tas de cadenas solidement verrouillés. Parfois l'un d'eux s'ouvrait et d'autres restaient à jamais fermés. Chaque survivant à sa propre histoire, ses propres souvenirs devenus cauchemars. Et Katelyne aurait pu être bouleversée en écoutant celle de l'Étranger. Si seulement elle était vraie.
C'était plus fort qu'elle. Après moult trahisons de la part de soit disant alliés de passage, Katelyne restait toujours sur la défensive, méfiante. Quand il eut fini, l'inconnu expliqua son désir de partir, ce qui n'eut pas pour déplaire Katelyne. Pourtant, la dernière phrase qu'il lui lança l'a fit tiquer violemment. « Quand je vous ai vu avec ces deux gosses, j'ai pensé qu'il y avait une chance que vous soyez comme ma soeur : prudente mais généreuse et prête à aider ceux qui en ont besoin. Je constate que je n'aurais pas pu plus me tromper. Je plaint vos gosses! » Comment osait-il parler de la sorte ? Était-il sot ? Oui, ça doit être ça, c'est un nigaud qui croit encore que le gentil Papa Noël va venir lui apporter un joli cadeau. « Non, mais t'es sérieux ? » déclara-t-elle en réprimant un sourire moqueur. « Tu crois vraiment qu'il existe encore des gens généreux ? Je suis sincèrement désolée pour ta frangine, elle devait être super, mais à part elle plus personne n'est généreux dans ce putain de monde, mec ! » Toujours sur un ton à la fois froid et moqueur, elle continua de lui parler. Elle ne le vouvoyait pas, comme lui le faisait, comme la politesse l'imposait. Car, aujourd'hui, qui s'inquiète de la bienséance ? « Tu te plaints que je ne sois pas chaleureuse et prête à te servir un délicieux repas ou du thé et organisant une petite fête de bienvenue ? Tu sais ce qu'il s'est passé la dernière fois qu'on a laissé un type dans ton genre dormir avec nous ? Il a tout simplement décidé de bien profiter de notre gentillesse. Surtout celle de Lisa, la mère des gosses que tu plaignais à l'instant. Le mec s'est dit qu'il pouvait se payer du bon temps avec Lisa. Elle était belle, généreuse, vraiment gentille comme femme. Pas violente pour un sous. Alors, une nuit il s'est faufilé dans son sac de couchage. Il l'a violé devant les gamins. Puis l'a égorgé avant de vouloir s'en prendre aux p'tits pour faire taire les témoins, tu vois. Il s'est dit peut-être qu'on croirait à un suicide collectif. Seulement les gosses ont gueulés et cet enculé s'est enfui... » À ce souvenir, Katelyne fulminait d'autres jurons dans sa tête. « Tu comprendras donc, l'Étranger, que les gamins ils en ont rien à fiche de ta pitié. Et moi, plus que quiconque ici, j'en ai rien à foutre de savoir que t'es un.. »

« Kittie, tais-toi maintenant ! » La jeune femme se raidit sur-le-champs. La voix cassée de Jack avait frappée comme un coup de fouet, l'intimant au silence. Jack, un homme d'une cinquantaine d'années aux cheveux grisonnants, s'avança en boitant vers les deux protagonistes. Suivi de près par les deux gamins et d'un second homme au visage marbré de cicatrices. « Je te prie de bien vouloir excuser Katelyne. Elle n'est pas très accueillante aux premiers abords, mais c'est une chouette fille. » L'intéressée grogna en réponse, puis détourna les yeux visiblement gênée. Jack, quant à lui l'observait avec des yeux pétillants de malice et de sagesse, puis se retourna vers l'inconnu. « Je suis Jack Whiteraven, mais qu'est-ce qu'un nom de nos jours... on m'appelle simplement Jack. Il se trouve que je suis, aux yeux de mes amis, le leader de notre groupe. Kittie a fait dire aux enfants de me prévenir de ta venue et de ton intention de séjourner quelque temps ? »


Revenir en haut Aller en bas
http://eloute.folio-graphiques.fr/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We are Survivors. We can't die.   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are Survivors. We can't die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Espace Personnel :: Survival Stories-